Rencontre avec Annabelle Cheminel et Mélanie Blaise, les passionnées-passionnantes du lycée maritime du Guilvinec

Pour clôturer la semaine en beauté, les élèves de CM1 de l’école de Kerjestin à Quimper ont eu la chance de voir intervenir, dans leur classe, Annabelle Cheminel et Mélanie Blaise, deux étudiantes en BTS Pêche et Gestion de l’environnement marin au lycée maritime du Guilvinec.

Dans un premier temps, les étudiantes ont raconté leur parcours, l’étendue de leur formation et surtout la naissance de leur vocation. Deux parcours très différents : Annabelle se destine à devenir marin-pêcheur et Mélanie, encore indécise, oscille entre être gendarme maritime, scientifique marine ou encore travailler sur un bateau de croisière.

Les enfants ont ensuite découvert les différentes techniques de pêches, les différents types de poissons péchés mais également le déroulement de la vie sur un bateau de pêche. Les deux étudiantes ont pu répondre aux multiples questions des enfants sur le milieu marin et les métiers en lien avec l’océan.

En fin de matinée, les élèves ont participé à un atelier pour apprendre à faire des nœuds marins. Annabelle et Mélanie étant les personnes les plus adaptées pour faire cette petite leçon !

Les élèves se sont d’abord entraînés sur un nœud simple, le fameux nœud de huit, avant de passer au niveau supérieur et d’effectuer le nœud d’écoute. Ainsi, grâce à ce petit cours, ils savent désormais arrêter une corde grâce au premier nœud et en rallonger une grâce au second.

En bonus, excités par cette troisième étape du chemin de l’Écume des Vents, les enfants ont tenu à relire la légende devant nous : un moment de partage où chacun a pu se ré-imprégner de cette fameuse histoire ancestrale !

Ciconia Ciconia est de retour en Pays Bigouden !

Il y a quelques jours, Ciconia Ciconia faisait un arrêt dans la classe des CE2 – CM1 – CM2 de l’école des Trois Pommiers de Peumerit. Excités par cette venue incongrue dans leur classe, les élèves se sont empressés de raconter cet évènement aux élèves de CP – CE1. C’est ainsi qu’il sont tous partis à la Pointe du Raz, rencontrer Antoine.

Face à l’engouement des CP – CE1, nous avons décidé de les embarquer dans le projet de l’Écume des Vents pour qu’ils puissent profiter eux aussi de cette grande aventure ! En revanche, même s’ils connaissaient déjà un petit peu l’histoire, il était inconcevable qu’ils ne rencontrent pas Ciconia Ciconia en vrai !

Ni une, ni deux, Antoine a rappelé sa copine la cigogne pour qu’elle revienne en Pays Bigouden et qu’elle rencontre les enfants de Peumerit. Ce jeudi 21 janvier était le jour-j, Ciconia Ciconia était … DE RETOUR !

Afin de conserver une part de surprise, élément phare du spectacle Ciconia Ciconia, ce grand animal à longues pattes rouges est entré en plein milieu d’un atelier lecture, surprenant les enfants et la maîtresse !

A ce moment-là, personne ne se doutait qu’une cigogne allait faire une entrée fracassante dans la classe !

Soulagée d’avoir enfin retrouvé les enfants de CP – CE1 de Peumerit, Ciconia Ciconia s’est assise avec les enfants et a commencé à leur raconter son périple. De Zinguichor au Sénégal jusqu’à la Pointe du Raz, endroit où elle a dormi la veille, en passant par le détroit de Gibraltar, Ciconia Ciconia a vécu de nombreuses aventures et a rencontré de nombreuses personnes qui l’ont aidée dans son voyage.

Rassurée d’avoir enfin trouvé les enfants qu’elle cherchait, Ciconia Ciconia a repris sa route vers son nid, en Alsace.

Mais elle a souhaité laisser un souvenir aux enfants, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit d’un objet leur permettant de faire leur véritable entrée dans l’aventure de l’Écume des Vents ! Les voilà désormais en possession d’une bouteille magique, renfermant une légende ancestrale.

Nous souhaitons la bienvenue aux élèves de CP – CE1 de l’école des Trois Pommiers de Peumerit dans l’aventure de l’Écume des Vents !

Poissons prêts !

Et voilà les 400 poissons sont prêts à peindre ! Dernière étape aujourd’hui au foyer de Très Tôt Théâtre à Quimper avec le remplissage du kraft dans chaque poisson pour que la peinture ne traverse pas lorsque les enfants vont dessiner dessus.
Nous voilà donc archi prêts pour la première semaine de février et les ateliers poissons volants !

Une drôle de visite pour les enfants du Centre de Loisirs de Briec

Ce mercredi 20 janvier, un drôle de personnage est venu interrompre la matinée ludique des enfants du Centre de Loisirs de Briec : une cigogne, visiblement épuisée et assoiffée est apparue dans l’entrebâillement de la porte. Après avoir bu un peu d’eau et s’être remise de ses émotions, ce drôle d’animal à longue pattes s’est assis avec les enfants pour leur narrer son histoire.

Ciconia Ciconia raconte qu’elle est née en Alsace mais a toujours vécu à Ziguinchor, au Sénégal. Durant sa jeunesse, elle s’est fait couper les rémiges et ne peut désormais plus voler. Mais voilà, à l’heure de la grande migration, comment rentrer chez soi, à Breuschwickersheim,  quand on ne peut plus voler ? Encouragée par sa meilleure amie Awa et remplie de courage, Ciconia Ciconia décide que coûte que coûte, elle rejoindra sa famille en Alsace… à pattes !

A travers un récit peuplé de réflexions philosophiques et d’anecdotes en tout genre, Ciconia Ciconia a emmené les enfants pour un voyage initiatique reliant le Sénégal à la Pointe du Raz, son dernier lieu de villégiature.

Requinquée par cette rencontre surprise, Ciconia repart car un long périple l’attend encore pour retrouver ses parents en Alsace.

A la suite du spectacle, les enfants ont partagé un moment d’échange avec Camille Perreau, comédienne de la Cie Entre Chien et Loup qui porte le personnage de Ciconia Ciconia, sur le thème de la confiance en soi, de la confiance en les autres et du courage.

C’est le début de l’aventure de l’Écume des Vents pour les enfants de Briec, qui dès mercredi prochain iront rencontrer Antoine, un ami proche de Ciconia, à la Pointe du Raz.

Apprendre à lire dans les nuages à Plogoff

Les élèves de CP – CE de l’école du Bout du Monde de Plogoff ont, ce mardi 19 janvier, eu la chance de rencontrer un grand scientifique. C’est Michel Aïdonidis, météorologue et responsable de la station Météo France de Brest, qui est venu toquer à leur porte.

Depuis aussi loin qu’il se souvienne, Michel Aïdonidis a toujours été fasciné par la météo et plus particulièrement par la neige. Enfant, il se souvient regarder la météo à la télé et se demander « comment font ces gens pour savoir quel temps il va faire demain ? ». C’est ainsi qu’est né sa vocation de météorologue.

Ce mardi matin, il est venu dans la classe de Plogoff afin de leur en apprendre plus sur les éléments météorologiques qui nous entourent et nous fascinent. Les enfants ont découvert qu’il existait différentes familles de nuages, tous avec une fonction différente.

Le saviez-vous ?

Le stratus est le nuage le plus connu en Bretagne, c’est celui qui nous amène le fameux « crachin breton ».

 Au travers de vidéos, d’exemples et de dessins, Michel Aïdonidis a raconté aux enfants comment se forment les gouttes d’eau, à quelle place se situent les nuages dans le ciel, les phénomènes d’anticyclone et de dépression, comment se forme une tornade, un orage ou une tempête.

Sur la photo de droite, on peut voir Michel Aïdonidis montrer aux enfants, à l’aide d’une table et d’une balle de tennis, le fonctionnement des anticyclones et des dépressions.

Fort de toutes ces informations, les enfants ont finis la matinée sur un moment  convivial d’échange avec Michel Aïdonidis autour de son métier, de sa formation et de son rôle au sein de la station de Brest. A la question « Est-ce que c’est difficile ton métier ? », Michel Aïdonidis a répondu une phrase qui sonne comme un conseil : « Quand tu adores ce que tu fais, quand tu es passionné par ton métier, alors je ne suis pas sûr que l’on puisse dire que c’est difficile ».

Cette visite était d’autant plus attendue par les enfants de Plogoff, que plus tôt dans l’année, quelqu’un était venu leur déposer une mystérieuse bouteille, trouvée dans les rochers de la Pointe du Raz, contenant un parchemin en plus au nom de Michel Aïdonidis. Impatients et curieux, les élèves de CP-CE ont enfin découvert la légende de l’Écume des Vents.

Les élèves de Plonevez-du-Faou à la Pointe du Raz

C’est au tour des élèves de l’école Saint Antoine de faire leur visite à la Pointe du Raz. Ils ont rendez-vous avec Antoine, le guide médiateur du site et surtout ils ont un message pour lui de la part de Ciconia-Ciconia : une plume blanche. Une visite idéale sous un beau ciel et surtout avec le paysage pour eux tout seul.

“La Pointe du Raz en janvier c’est génial, on a la terre, la mer et le ciel rien que pour nous.”

Une visite peu commune les attendait, car non seulement ils sont maintenant incollables sur tout ce que l’on peut trouver ou non sur cet éperon rocheux, mais en plus Antoine les sachant dignes de confiance (grâce à la plume), leur a donné une petite bouteille contenant la légende de l’Écume des Vents…

Ils ont accepté la mission et les voilà lancés dans l’aventure pour faire revivre l’Écume des Vents.

Ils ont aussi vécu cette journée accompagnés par la caméra de Bertrand Guerry, le réalisateur qui prépare un documentaire sur ce projet au long cours.

ExSiTu dans Le Télégramme

Article du 14 janvier 2021.

Allier art et sciences. C’est la prouesse qu’a réalisée le collectif de plasticiens ExSitu, en résidence à l’école Jean-Marie-Autret, avec l’aide des élèves.

De la botanique à l’informatique, un sujet original et passionnant qui a conquis les élèves de l’école Jean-Marie-Autret.

Le collectif ExSitu était en résidence de création en milieu scolaire, la semaine dernière, à l’école Jean-Marie-Autret de Saint-Albin, à Plogonnec. Initiée par Très Tôt Théâtre, cette résidence a été organisée dans le cadre de « L’Écume des vents », un projet participatif dans le Finistère.

Lors de cette semaine, les élèves de CE2-CM1-CM2 ont accueilli le laboratoire du collectif de plasticiens ExSitu, Fanch Dodeur et Barthélemy Péron. Ces deux artistes-chercheurs créent des œuvres entre art et sciences afin de donner une autre vision à notre environnement (https://exsitu.xyz/).

Une exposition nomade

L’objectif de cette rencontre était de créer, avec les élèves, une œuvre d’art vivante associant une plante et un dispositif de capteurs et d’électrodes en capacité de mesurer les réactions du végétal à la lumière, à l’air ainsi qu’à l’ambiance des lieux. Les réactions ont ensuite été traduites en sons et en bruitages.

Les plantes étudiées feront aussi l’objet d’une exposition nomade qui partira en tournée, dans le Finistère, dans les quinze groupes participant à « L’Écume des vents » entre mars et mai 2021.

Le collectif ExSitu sera de retour du 25 au 29 janvier dans la commune. La rencontre avec les artistes se fera certainement à l’école Jean-Marie-Autret avec le soutien d’Emmanuel Bourgeau, de l’association Ligne 21, située à Plogonnec, afin de parachever son travail.

Pratique

 

L’Écume des Vents, site. https://www.tres-tot-theatre.com/lecume-des-vents-projet-participatif-en-finistere/

Rencontre avec Pierre Mollo, le compagnon du plancton !

Ce mardi 14 janvier, les élèves de la classe de CM1 – CM2 de l’école Thomas Donnard de Penmarc’h ont rencontré pour la première fois leur passionné-passionnant attitré : Pierre Mollo, un enseignant-chercheur spécialiste du plancton.

Né en 1948 à Port-Louis, Pierre Mollo a toujours vécu au milieu des poissons mais surtout au rythme de la pêche. Fasciné, il se rêvait pêcheur.

Autodidacte animé par une curiosité enfantine, Pierre Mollo raconte son parcours atypique. Du Japon à Océanopolis à Brest, en passant par Guérande, le compagnon du plancton a rythmé son intervention d’anecdotes insolites et croustillantes.

 

Il est venu ce mardi rencontrer les élèves de Penmarc’h pour leur apporter son expertise sur un micro-organisme trop souvent oublié et pourtant essentiel dans notre écosystème : le plancton.

Au fil de cet après-midi, les élèves ont découvert les différentes familles de plancton, les techniques de culture du phytoplancton, les ustensiles de pêches de ce micro-organisme mais surtout son rôle plus qu’important dans le développement de notre planète. Selon Pierre Mollo, bien comprendre le plancton c’est protéger l’océan et prédire l’avenir.

Passionné par les enfants et leur curiosité, le compagnon du plancton affirme que ces derniers sont l’avenir de notre planète. C’est pourquoi il a clôturé cette première rencontre par un conseil très avisé auprès des enfants : « Restez curieux toute votre vie ».

Pierre Mollo reviendra voir les enfants de Penmarc’h encore deux fois, et maintenant que la théorie est passée : place à la pratique ! Rendez-vous le 11 février pour la suite des aventures du plancton.

Bonus ! Bertrand Guerry, notre vidéaste est venu filmer la rencontre et en a profité pour faire un plan des enfants face au port de Penmarc’h.

Koïnoboris en devenir

Ça turbine fort du côté de la Bourgogne… Sara coupe et coud les 400 futurs poissons volants, Marie-Madeleine découpe des formes en kraft à mettre dans les poissons pour éviter que la peinture des feutres que les enfants vont utiliser ne traverse et Camille trie et remplit un total de 450 feutres de tailles différentes. 50 couleurs à disposition des enfants, de quoi faire un beau camaïeu de couleurs dans le ciel le 6 juin.

Premiers ateliers poissons tout début février, YOUPI

Tempête sous crâne sur le net

Réunion en visio avec Jean-Christophe, Stève et Camille pour peaufiner les ateliers qui seront menés avec chaque groupe. 3 h de grosse cogitation… des enfants nuages, des coquilles de noix qui chantent, un mobile des fonds marins et un nouvel alphabet hiéroglyphique ! On va bien s’amuser… les enfants aussi j’espère 🙂