Une journée au goût salé pour Scaër

Il y a un mois, les parents des enfants de la MJC La Marelle de Scaër ont été convié à une réunion top secrète, pendant laquelle le projet de l’Écume des Vents leur a été présenté. Ils étaient au courant de tout : de la venue de Ciconia Ciconia jusqu’à la réalisation de poisson Koï Nobori, en passant par une visite de la Pointe du Raz. Bien sûr, il leur a été expressément demander de ne rien dire à leurs enfants afin de garder la surprise. Surtout pour le spectacle Ciconia Ciconia, dont la mise en scène repose sur l’effet de surprise.

Ce samedi 13 mars, la MJC La Marelle de Scaër se préparait à passer une journée en immersion total dans l’Écume des Vents. Le programme présenté aux enfants était le suivant : Nolwen de Très Tôt Théâtre vient passer la journée à la MJC pour, dans un premier temps, leur présenter le projet de l’Écume des Vents et dans un second temps réaliser un atelier artistique.

Le vrai programme était : une matinée avec Ciconia Ciconia et un atelier Koï Nobori pour une après-midi haute en couleurs.

A leur arrivée, les enfants ont donc rencontré Nolwen, coordinatrice du projet de l’Écume des Vents (mais surtout complice de Ciconia Ciconia !). Ensemble, ils ont discuté du projet, de la fête du grand jour dit et surtout de la légende. Cette fameuse légende avec ses 16 épisodes, écrite par Karin Serres, qui conte l’histoire de l’Écume des Vents, du début des préparatifs jusqu’ au déroulé de la grande fête.

 

Alors que Nolwen lisait tranquillement aux enfants les premiers épisodes de la légende, un étrange animal à fait une entrée fracassante dans le MJC.

Une cigogne venait de passer la porte, visiblement épuisée et assoiffée. Une fois ré-hydratée, elle s’est assise avec les enfants afin de se présenter et s’excuser de son entrée fracassante. Mais comprenez, cela fait plusieurs jours qu’elle marche : elle arrive tout droit de Zinguichor, au Sénégal.
Ciconia Ciconia est une cigogne un petit peu spéciale. En effet, suite à un quiproquo, elle se retrouve avec les rémiges coupés et ne peut donc plus voler ; situation quelque peu embarrassante à l’heure de la grande migration. Porté par les encouragement de sa meilleure amie et par son propre courage, Ciconia Ciconia prend la décision de faire le chemin de Zinguichor jusqu’à sa ville de naissance Breuschwickersheim, en Alsace … à pattes !

Les enfants ont été captivés par l’histoire rocambolesque de cette jeune cigogne qui traverse le détroit de Gibraltar à la nage, fais du stop et sympathise avec des routiers mais surtout marche sans jamais perdre de vue son objectif, même dans les moments les plus durs.

 

Ciconia Ciconia c’est une histoire de confiance en soi, en les autres, de résilience et d’empathie que la comédienne Camille Perreau partage alors avec les enfants, et après chaque représentation, elle prend le temps d’échanger avec eux sur leur ressenti, leurs émotions et leur compréhension de ce spectacle hors norme.

Après cette représentation époustouflante, Camille Perreau, la comédienne de Ciconia Ciconia prend le temps d’échanger avec les enfants sur la compréhension du texte et les différentes émotions que ce dernier véhicule.

Après cette matinée riche en rencontres, en histoires et en surprises, les enfants ont enfin découvert quel était le fameux atelier artistique de l’après-midi. Avant l’arrivée de Ciconia Ciconia, Nolwen avait juste eu le temps de parler aux enfants des poissons volants, qui poussés par les vents salés de la mer se réunissaient au dessus de la lande avec les enfants, poussés eux par les vents sucrés de la Terre, lors de la grande fête de l’Écume des Vents. Une transition parfaite vers un après-midi haut en couleurs pendant lequel les enfants ont décoré leurs poissons koï nobori qui voleront au dessus de la Pointe du Raz lors du grand jour dit.

Camille Perreau a alors délaisser son costume de cigogne pour animer cet atelier d’art plastique. Après quelques explications, les adultes comme les enfants ont pu choisir la forme de leur poisson puis y apposer les motifs de leur choix, tout ça avec leurs couleurs préférées, afin de décorer leur Koï Nobori à leur goût.

Durant cet atelier, et pour continuer cette journée riche en rencontres, les enfants ont également fait la connaissance de Cécilia Ferrario, une des deux danseuses de l’Écume des Vents qui viendra leur apprendre la danse rituel au fil des mois.

Pendant toute la durée du projet, les enfants de la MJC de Scaër seront suivi par le club photo de la MJC, qui nous offre aujourd’hui ces superbes clichés des enfants et des différents intervenants. Merci à eux pour ces photos de qualité qui permettent une véritable immersion dans l’Écume des Vents.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *