Projet Rose des Vents à Plogoff #3

Toute une journée nous a été offerte pour avancer sur notre maxi méga Rose des Vents en collage, hommage au street art.

Pour palier au vent qui souffle souvent dans le Cap Sizun nous avons installé une énorme bâche pour recouvrir toute la salle de mobilité et c’est là que nous avons créé nos tableaux uniques mais assemblés les uns aux autres.

Avec un mélange improbable d’impressions en noir et blanc et une patience d’ange pour découper finement les motifs,  les enfants ont fait éclore une œuvre monumentale.

Épisode 13

18h18 c’est l’heure idéale pour se raconter des histoires, surtout si elles sont écrites par Karin Serres !
Découvrez tout de suite l’épisode 13 de la légende de l’Écume des Vents !

Pour imprimer votre épisode du jour, c’est par ici !

Et pour l’écouter, c’est juste ci-dessous !

Typographie : Copyright (c) 1994-6 Steve Mehallo. All Rights Reserved.
Texte : Karin Serres

Atelier les abysses du vent #3

Ce mardi a été d’une grande intensité pour les “grands” de Peumerit car ils ont eu trois ateliers/rendez-vous captivants :

Dès la première heure les enfants ont préparé leur maquillage de fête. Inspiré de différentes tribus à travers le monde, les enfants ont concocté leur propre maquillage tribal à base de points de couleurs, ils rejoindront tous les autres enfants du projet sur le rideau de la Porte Parlante qui sera le point de départ de la journée de l’Écume des Vents.

Puis après la récréation, la classe a eu la visite d’Emmanuelle Périé Bardout de Under The Pole, leur Pass Pass ! Une femme incroyable avec un projet et une pratique de plongée hors normes.

Innovative Underwater Exploration

Puis l’après-midi a été dédié à la suite de nos mobiles… découpage, collage, papier mâché, corde à piano, pinces et gaine thermo… tout ça manipulé avec joie et dextérité par les enfants.

La forêt d’enfants prend racine. Atelier théâtre des CM1/CM2 de l’école Keristin

La concentration et le travail des CM1 CM2 de l’école Keristin de Plouezoc’h aura porté ses fruits. La forêt d’enfants prend forme. 

Le corps, le texte, le chœur, tout est réuni pour que cette forêt puisse pousser le grand jour dit à la pointe du raz.  Bien mérité car le travail n’était pas facile.