Dansez chez vous ! Danser chez soi !

C’est les vacances alors que nous pensions être avec vous tous pour continuer à développer nos multiples projets de l’Écume des Vents.

Mais qu’à cela ne tienne, on se retrouve en mai, et là on fera ce qu’il nous plait 🙂

Si pendant ces vacances vous avez envie de danser et d’apprendre à vos parents, frères, sœurs, cousins, cousines, nounous, grands-parents la chorégraphie de l’Écume des Vents, c’est possible !

Véronique vous a préparé un petit mémo et si vous voulez être quidés par sa voix c’est  ici.

MEMENTO de la DANSE de L’ECUME des VENTS

1) « Moi, pour Vous » (x2) / Vent sucré- Vent salé /
Signaux sur place – Signaux + ¼ tour / Planète Terre

2) « Plie tends (x2) Guetteur » (x2) / Vent sucré- Vent salé /
Signaux sur place – Signaux + ¼ tour / Planète Terre

3) Les Poissons (x2) / Le Cormoran sur place – se déplace (x2) / Toucher la Terre- Ecouter la Terre- Sentir le parfum de la Lande- Pointer son Etoile dans le ciel / Planète Terre

4) Les quatre Saisons (x2) / Le Cormoran sur place – se déplace (x2) / Toucher la Terre- Ecouter la Terre- S’allonger sur la Terre-
Pointer son Etoile dans le ciel / Petite boule- accroupi- debout

5) La Farandole

6) Balance les bras pliés +marche / cercle du ballon (x2) / avance
de 4 pas en tournant – rembobine (cette partie est répétée 3 fois)

7) Se Bercer (x16)

8) Balance les bras pliés + marche / cercle du ballon (x2) / avance
de 4 pas en tournant – rembobine

9) Se bercer …….. chanter

Mission Koï Nobori : accomplie !

Le vendredi 26 mars signait la fin de deux semaines de création et de coloriage pour les enfants et de l’Écume des Vents. Une partie de l’équipe a continué d’arpenter les routes du Finistère afin de terminer les poissons Koï Nobori avec tous les enfants du projet.

Souvenez-vous, en février, lors de la venue de l’équipe artistique en Finistère, les enfants ont découvert qu’ils allaient pouvoir faire voler des poissons. En effet, la légende de l’Écume des Vents raconte que poussé par les vents salés de la mer, tous les poissons et tous les étages de l’océan jaillissaient des fonds marins pour venir se rassembler dans les airs, au dessus de la lande et des enfants.

Cette année, c’est le grand retour de la fête de l’Écume des Vents et après une si longue pause, les enfants se sont inquiétés : « et si les poissons ne savaient plus voler ? s’ils ne se souvenaient pas où aller en sortant de l’eau ? ».

Nous avons donc décidé de créer un banc de poissons volant, pour inviter les vrais poissons de l’océan à venir voler au dessus de la Pointe du Raz. Mais avant de les faire voler lors du grand jour-dit, il fallait bien les décorer. Si le mois de février étaient consacré à la face A, celui de mars était dédié à la face B.

La consigne était la suivante : le deuxième coté du poisson doit être identique au premier côté. Certains enfants ont pris cette règle très à la lettre, jusqu’à mesurer au millimètre près les éléments de leur poisson ! Pour ce qui est des couleurs, lors du premier atelier, nous avions demandé aux enfants de noté les codes couleurs des stylos-peinture, ainsi nous avons pu facilement retrouvé les couleurs utilisé.

Maintenant que tous les Koï Nobori sont décorés des deux couleurs, il ne nous reste plus qu’à les accrocher pour les faire voler au-dessus de la lande lors du grand jour dit.

Comme vous pouvez le voir sur la photo à gauche, toutes les couleurs portent un numéro qui nous permet de les identifier facilement et pouvoir dire “avec le jaune 006, il vaut mieux mettre un orange 085 !”.

Normalement, l’attribution des stylos revient toujours à un membre de l’équipe de l’Écume des Vents. Nous connaissons les numéros des couleurs par cœur et nous sommes devenus des professionnels pour indiquer quel vert va le mieux avec le jaune 006 ! Cependant, pendant le dernier atelier Koï Nobori, à Plogoff, la sollicitation des enfants pour « tenir le magasin de feutres » était telle de la part des enfants que nous n’avons pas pu refuser de déléguer cette tâche. Les enfants s’en sont donné à cœur joie pour chercher les bonnes couleurs et distribuer les stylos à tout và !

En exclusivité pour vous : Malo, le nouveau « marchand » de stylo en pleine réflexion pour trouver la couleur parfaite !

Une matinée dans la peau de Pierre Mollo

Chose promise, chose due : les élèves de l’école Thomas Donnard ont eu la chance de passer la matinée dans la peau de Pierre Mollo !

En effet, ce jeudi 18 mars, Pierre Mollo réalisait sa dernière intervention au sein de la classe de CM1 – CM2 de Penmar’ch. Au programme : pêche à pied et analyse de plancton.

Quelle chance d’avoir une école au bord de l’eau, surtout quand il s’agit d’aller pêcher. Munis de leurs bottes et de cannes à plancton, les enfants se sont dirigés vers la plage afin de procéder à la pêche du plancton. Sous les conseils avisés de Pierre, ils ont plongés les bouteilles dans l’eau afin de récolter les microscopiques êtres vivants qui vivent dans notre bel océan Atlantique.

Au retour en classe, les élèves ont pu analyser leur pêche fructueuse et ainsi découvrir tous les micro-organismes qu’ils côtoient au quotidien. Diatomée, copépodes, … tout le monde était au rendez-vous ! Comme pour l’atelier précédent, Pierre a demandé aux élèves d’observer puis de dessiner ce qu’il pouvait voir dans la lentille du microscope.

Une chose est sûre, après avoir observer le plancton vivant près de chez eux, les enfants ne boiront plus la tasse de la même manière !

Pierre a terminé cette dernière intervention en montrant un extrait du documentaire « La Voix des Océans ». C’est une symphonie de la mer créée par Antonio Santana, mise en image par le réalisateur Jean-Yves Collet et sous la direction scientifique de notre célèbre compagnon du plancton : Pierre Mollo ! Pour avoir un petit aperçu, c’est par ici.
Il était très fier de nous montrer cette docu-symphonie qui n’est autre qu’une ode au monde marin, afin de sensibiliser les enfants à la protection des espèces des mers et des océans.

Et même si nous sommes sûrs de revoir Pierre, c’était très émouvant de se dire que ce jeudi marquait la dernière intervention de notre compagnon du plancton préféré. Alors, un grand merci Pierre pour le partage de ton expérience, pour tes anecdotes, pour ton temps mais également pour ta joie de vivre communication et cette passion qui t’anime. Nous sommes très chanceux d’avoir croiser ta route !

À très bientôt, pour de nouvelles aventures !

Atelier son École de Penmarc’h #2

Approfondissement de la découverte de l’atelier précédent. Les élèves ont bien conservé dans leur mémoire les codes, gestes et sons que nous avions élaborés ensemble. Nous augmentons le nombre de sons disponibles ce qui permet de construire de plus amples tableaux sonores.

Nouvelle matière aussi avec les mots de Karin Serres pour des « échanges » ou « battle » de proverbes bretons ou imaginaires.

Cette fois, on enregistre chaque production pour permettre de l’écouter et ainsi savoir les moments faibles ou au contraire (et ils sont plus nombreux !!) les moments forts.

Nous avons utilisé une nouvelle technique : le scan, mais ce sera pour la prochaine fois pour les explications…

Le voyage de la plante nomade

Comme nous vous l’avions expliqué dans un article précédent, les 15 groupes participant à l’Écume des Vents vont accueillir au sein de leur classe une plante un petit peu particulière : la plante nomade.

Mais qu’est-ce qu’elle peut bien avoir de si particulier cette plante ? Figurez-vous qu’elle parle !

Rappelez-vous : début janvier, on vous racontait la première semaine de résidence du collectif ExSitu au sein de l’école de Plogonnec pendant laquelle Fanch & Barth ont testé toute une série de capteurs permettant de voir et d’entendre les réactions des végétaux à la lumière, la chaleur, aux variations de CO2, … À la fin de cette semaine de résidence, avec la complicité des élèves et de Jean-Christophe Désert, le langage de la plante a été traduit en bruitages et en sons fait maison qui permettent alors à la plante de … parler !

Et puis, fin janvier, on vous laissait entendre qu’avec l’aide de l’association CACTUS, cette plante nomade allait pouvoir traverser tout le Finistère, sans vous donner plus d’explication.

Nous voilà début mars, le lundi 08 précisément, et c’est le début du voyage de la plante, ou plutôt DES plantes. Trois plantes vont circuler à travers tous le Finistère, de Morlaix jusqu’à Penmarc’h en passant par Plogoff, Quimper ou encore Scaër. Les enfants de l’Écume des Vents vont alors pouvoir expérimenter la vie d’une plante pendant un dizaine de jours.

Le kit de la plante nomade se compose de 3 boîtes : une boite avec les capteurs, une boite avec l’audio et une boite que l’on appelle « le cerveau » qui est un petit ordinateur qui permet de récupérer toutes les informations des capteurs. Et bien sûr, de la plante !

• 1 – les enceintes qui diffusent tous les mots doux de la plante • 2 – les capteurs qui permettent d’enregistrer tout ce que ressent la plante • 3 – « le cerveau » qui enregistre la totalité des informations fournies par les capteurs

Le vendredi 05 mars, Fanch & Barth sont descendus de Nantes pour venir faire une petite formation aux bénévoles de Cactus. Allumer la plante et connecter les capteurs, c’est tout un processus et il y a un ordre précis à respecter !

Nos deux artistes-chercheurs ont fournis un « kit médiation » qui servira aussi bien aux bénévoles de CACTUS pour l’installation qu’aux institutrices de l’Écume des Vents pour apprivoiser la plante. Un petit livre d’or a également été placé dans chaque plante afin que les enfants puissent raconter la cohabitation avec ce drôle d’être vivant.

Tout le monde est très attentif à l’explication de Fanch & Barth !

Michel Aïdonidis, chef du centre Marine & Offshore de Brest à Météo France a un message pour vous !

Dans la lentille du microscope

Notre célèbre compagnon du plancton, Pierre Mollo, était de retour à Penmarc’h pour un nouvel atelier avec les élèves de CM1 de l’école Thomas Donnard.

Notre passionné-passionnant amoureux du plancton est venu avec sa pêche du matin et tout un matériel pour analyser ces êtres vivants invisibles à l’œil nu mais si indispensables à notre éco-système !

Lors de sa première intervention, Pierre Mollo avait enseigné ceci aux enfants : “Rien ne ressemble moins à une goutte d’eau qu’une autre goutte d’eau”. Il est venu prouver cette théorie ce lundi 15 février avec une après-midi de mise en pratique. Équipés de microscopes, les CM1 de l’école Thomas Donnard ont eu la chance d’observer la vie du plancton au cœur d’une goutte d’eau.

Pour faire un petit rappel, Pierre Mollo a découvert sa passion pour le plancton lors d’un séjour au Japon où il fait une rencontre qui a changé sa vie. Il ne parle pas le japonais et là-bas personne ne parle le français ou l’anglais mais tous ont une langue commune : celle du plancton. On lui enseignera une chose : “d’abord tu observes, ensuite tu dessines, puis tu cherches la bonne famille de plancton dans les livres”. Il faut s’armer de patience mais chaque nouvelle découverte est source d’émerveillement.

C’est cette leçon que Pierre Mollo a souhaité enseigner aux élèves de Penmarc’h en leur demandant de dessiner tout ce qu’ils pouvaient voir dans le microscope pour ensuite aller chercher dans les livres.

Le compagnon du plancton avait amené avec lui ce qu’il appelle “ses bibles”, les enfants ont donc pu en apprendre davantage aussi bien sur le zooplancton que sur le phytoplancton.

Le prochain atelier aura lieu le 18 mars et notre passionné-passionnant a prévu une activité un peu particulière : devenir Pierre Mollo pour une matinée ! À vos bottes, nous allons pêcher le plancton !

Une danse de l’époque

Presque tous mes groupes ont commencé à danser avec Véronique qui patiemment leur transmet la chorégraphie de l’Écume des Vents qu’elle a imaginée pour cette fameuse fête à la Pointe du Raz.

En voici le déroulé si vous voulez répéter à la maison :

TRAME CHOREGRAPHIQUE : LA DANSE DE LA FÊTE (Projet l’Ecume des Vents)

• Moi, pour vous, je vais danser une danse très ancienne, la danse de la Terre et de la Mer
(2 fois : 1 fois vers le centre du cercle, 1 fois vers l’extérieur du cercle)

• Se tourner vers la droite et marcher 4 pas, mouvement du Vent Sucré (vers l’extérieur du cercle), marcher 4 pas, mouvement du Vent Salé (vers le centre du cercle)

• 4 signaux : n°1 (le mien), n°2 (propre à chacun.e), n°3 (le mien), n°4 (propre à chacun.e)
4 signaux (en alternant mes deux signaux avec les signaux des élèves) en faisant ¼ de tour par signal (les élèves proposent 2 signaux personnels ou 4 signaux personnels pour les plus grands)
• Tourner lentement sur soi-même comme la Planète Terre

• « Plie les genoux/tends/mouvement du bassin » répété deux fois
Geste du Guetteur (aller-retour)
(2 fois : 1 fois vers le centre du cercle, 1 fois vers l’extérieur du cercle)

• Se tourner vers la droite : 4 pas /mouvement du Vent Sucré/4 pas/ mouvement du Vent Salé

• 4 signaux vers le centre du cercle /4 signaux avec ¼ de tour par la droite

• Tourner lentement sur soi-même comme la planète Terre

• Les Poissons Volants : nagent (cercle du bras gauche puis du bras droit, comme le crawl), montent à la surface et plongent (deux fois), font des ronds dans l’eau (geste vif des doigts)
(2 fois : 1 fois vers le centre du cercle, 1 fois vers l’extérieur du cercle)

• Les Cormorans secouent leurs ailes, ils volent (course) : 2 fois de suite

• Tournés vers le centre du cercle : les enfants touchent la Terre (descente au sol lente), écoutent la Terre, sentent le parfum de la Lande (remontée lente debout) et pointent une Etoile dans le ciel
• Descendre lentement le doigt pointé et tourner lentement sur soi-même comme la Planète Terre
• Les 4 Saisons : hiver (crépiter des pieds), printemps (mains jointes : la sève de l’arbre qui remonte), été (les mains rayonnent), automne (chute de chaque main comme deux feuilles)
(2 fois : 1 fois vers le centre du cercle, 1 fois vers l’extérieur du cercle)

• Les Cormorans secouent leurs ailes , ils volent : 2 fois de suite

• Tournés vers l’extérieur de cercle : les enfants touchent la Terre (descente au sol lente),
écoutent la Terre, s’allongent sur le dos (tête vers l’extérieur du cercle) et contemplent le Ciel.

On the road again and again

Une semaine de route au petit matin dans le Finistère pour l’Écume des Vents ….