Tout commence en Finistère !

Un article sur notre projet sur le site Tout commence en Finistère.

Cliquez pour le lire en entier !

Le voyage de la plante nomade

Cette semaine, les deux artistes Fanch & Barth étaient de retour à Ligne 21 pour une résidence placer sous le signe de la construction. Le début du voyage de la plante nomade à travers tout le Finistère arrivent à grand pas, il était donc l’heure pour nos deux artistes-chercheurs de construire les valises de transport de la plante.

Avec l’aide d’Emmanuel, ils ont construit des boîtes en bois qui contiendront les capteurs de la plante. Chaque plante aura à ses côtés trois boites : une avec les capteurs d’atmosphère, une avec le son et une boîte appelé “le cerveau” qui servira à récolter toutes les informations fournies par la plante.

Les trois plantes nomades commenceront leur tournée dans les écoles à partir du 08 mars 2021. Chaque groupe aura la chance d’expérimenter les réactions d’une plante durant une dizaine de jours.

Munie de capteurs, la plante va réagir aux différents changements atmosphériques. Ces données seront ensuite analyser par Fanch & Barth puis mise en lumière lors d’une exposition le grand jour-dit, à la Pointe du Raz. Lors d’une résidence à l’école de Plogonnec début janvier, les deux artistes du collectif ont été rejoint par Jean-Christophe Désert. Avec les enfants, ce dernier à enregistrer des sons illustrant les ressentis de la plante.

Seulement, si les artistes d’ExSitu savent faire parler la plante, elle ne peut pas encore se déplacer toute seule ! C’est pourquoi nous avons fait appel à l’association CACTUS de Quimper. Composée de bénévoles passionnés d’art contemporain, l’association va se charger de faire voyager la plante nomade à travers tout le Finistère.

Ce jeudi 28 janvier avait lieu une réunion entre CACTUS, Très Tôt Théâtre et le collectif ExSitu afin de préparer et d’organiser le transport de la plante nomade.

APPEL AUX ACCORDÉONISTES !

Accordéonistes, Sonneurs de Vents, nous avons besoin de VOUS ! Dans le cadre du projet l’Écume des Vents, nous sommes à la recherche d’accordéonistes pour accompagner musicalement les enfants lors de la grande fête de juin, prévue à la Pointe du Raz.
Que vous soyez amateurs ou professionnels, que vous jouiez de l’accordéon diatonique ou chromatique : vous êtes les bienvenus pour venir participer à cette belle aventure guidée par la Cie Entre chien et loup, Régis Huiban, et Jean-Christophe Désert.
Vous trouverez les partitions, les enregistrements et toutes les infos sur le site de Très Tôt Théâtre : https://www.tres-tot-theatre.com/accordeonistes-les…/. La mélodie composée par Régis Huiban comporte 6 voix, choisissez votre préférée pour la répéter.
Soyez rassurés, vous n’êtes pas seuls ! Au cours de l’année, vous serez conviés à 4 dimanches de répétitions avec d’autres accordéonistes pour jouer ensemble et vous entraîner pour le grand jour !
Pour vous inscrire, vous pouvez remplir le formulaire d’inscription sur le site de Très Tôt Théâtre : https://docs.google.com/…/1FAIpQLSdaHO…/viewform, ou alors nous appeler : Nolwen Treussier au 06 99 60 61 39 ou Cécile Le Bras au 02 98 64 20 35.

Dihun Haut Pays Bigouden, Ecole de Musique du Cap Sizun, Ecole municipale de musique et danse de Douarnenez, MJC Kerfeunteun – Quimper

Poissons prêts !

Et voilà les 400 poissons sont prêts à peindre ! Dernière étape aujourd’hui au foyer de Très Tôt Théâtre à Quimper avec le remplissage du kraft dans chaque poisson pour que la peinture ne traverse pas lorsque les enfants vont dessiner dessus.
Nous voilà donc archi prêts pour la première semaine de février et les ateliers poissons volants !

Apprendre à lire dans les nuages à Plogoff

Les élèves de CP – CE de l’école du Bout du Monde de Plogoff ont, ce mardi 19 janvier, eu la chance de rencontrer un grand scientifique. C’est Michel Aïdonidis, météorologue et responsable de la station Météo France de Brest, qui est venu toquer à leur porte.

Depuis aussi loin qu’il se souvienne, Michel Aïdonidis a toujours été fasciné par la météo et plus particulièrement par la neige. Enfant, il se souvient regarder la météo à la télé et se demander « comment font ces gens pour savoir quel temps il va faire demain ? ». C’est ainsi qu’est né sa vocation de météorologue.

Ce mardi matin, il est venu dans la classe de Plogoff afin de leur en apprendre plus sur les éléments météorologiques qui nous entourent et nous fascinent. Les enfants ont découvert qu’il existait différentes familles de nuages, tous avec une fonction différente.

Le saviez-vous ?

Le stratus est le nuage le plus connu en Bretagne, c’est celui qui nous amène le fameux « crachin breton ».

 Au travers de vidéos, d’exemples et de dessins, Michel Aïdonidis a raconté aux enfants comment se forment les gouttes d’eau, à quelle place se situent les nuages dans le ciel, les phénomènes d’anticyclone et de dépression, comment se forme une tornade, un orage ou une tempête.

Sur la photo de droite, on peut voir Michel Aïdonidis montrer aux enfants, à l’aide d’une table et d’une balle de tennis, le fonctionnement des anticyclones et des dépressions.

Fort de toutes ces informations, les enfants ont finis la matinée sur un moment  convivial d’échange avec Michel Aïdonidis autour de son métier, de sa formation et de son rôle au sein de la station de Brest. A la question « Est-ce que c’est difficile ton métier ? », Michel Aïdonidis a répondu une phrase qui sonne comme un conseil : « Quand tu adores ce que tu fais, quand tu es passionné par ton métier, alors je ne suis pas sûr que l’on puisse dire que c’est difficile ».

Cette visite était d’autant plus attendue par les enfants de Plogoff, que plus tôt dans l’année, quelqu’un était venu leur déposer une mystérieuse bouteille, trouvée dans les rochers de la Pointe du Raz, contenant un parchemin en plus au nom de Michel Aïdonidis. Impatients et curieux, les élèves de CP-CE ont enfin découvert la légende de l’Écume des Vents.

Koïnoboris en devenir

Ça turbine fort du côté de la Bourgogne… Sara coupe et coud les 400 futurs poissons volants, Marie-Madeleine découpe des formes en kraft à mettre dans les poissons pour éviter que la peinture des feutres que les enfants vont utiliser ne traverse et Camille trie et remplit un total de 450 feutres de tailles différentes. 50 couleurs à disposition des enfants, de quoi faire un beau camaïeu de couleurs dans le ciel le 6 juin.

Premiers ateliers poissons tout début février, YOUPI

Tempête sous crâne sur le net

Réunion en visio avec Jean-Christophe, Stève et Camille pour peaufiner les ateliers qui seront menés avec chaque groupe. 3 h de grosse cogitation… des enfants nuages, des coquilles de noix qui chantent, un mobile des fonds marins et un nouvel alphabet hiéroglyphique ! On va bien s’amuser… les enfants aussi j’espère 🙂

Fanch et Barth nous racontent leur résidence #1

Franch et Barth du collectif Ex Situ préparent une exposition itinérante qui fera escale chez tous les groupes dès le mois de mars, voici leurs temps de résidences avec la classe de CE2/CM1/CM2 de l’école Jean-Marie Autret à Plogonnec, puis à Ligne 21 raconté avec leurs mots :

Lundi 4 janvier 2021 – C’est la rentrée à l’école Jean-Marie Autret de Saint Albin et les CE2/CM1/CM2 de Sarah Cosquer viennent de retrouver leur classe. Nous toquons à la porte, accompagnés par Jean-Louis de TTT, pour une première rencontre qui lance officiellement cette semaine de résidence. Les enfants savent déjà qui nous sommes (“Facile, Fanch et Barth c’est ceux qui ont un bonnet !”), et nous essayons d’imaginer les frimousses qui se cachent derrières les carrés de tissus.

Pour commencer, nous relisons ensemble les courriers échangés avant Noël pour repréciser les raisons de notre présence à Saint Albin. L’histoire est simple : depuis que nous avons appris que Ciconia Ciconia s’est égarée à l’école, nous pensons qu’un vent sucré souffle dans les parages. Nous allons donc construire avec l’aide des enfants, une machine permettant de mesurer ce phénomène, dans la suite de nos recherches artistiques sur les plantes, l’atmosphère et les éléments… Mais c’est déjà l’heure de la récréation, et pour nous d’aller installer notre atelier dans la salle de motricité. Quelques tables et chaises, une rallonge, une connexion internet, c’est tout ce qu’il nous faut pour déployer les différents prototypes que nous avons dans nos valises.

A la fin de la récréation de l’après-midi les enfants viennent jeter un œil curieux à notre installation, avant de nous retrouver en classe pour présenter, vidéos à l’appui, notre parcours d’artistes-chercheurs-voyageurs et tout particulièrement les expériences déjà réalisées avec des plantes. Les yeux s’écarquillent au-dessus des masques, les questions fusent ! Mais la journée se termine déjà…

Mardi 5 janvier 2021 – Répartis en trois groupes de huit, les enfants passent dans notre atelier pour une séance d’expérimentation avec les capteurs que nous utilisons. Le programme est chargé ! Il s’agit tout d’abord de tester les différentes plantes qu’ils nous ont apportées, en fixant deux électrodes sur leurs feuilles pour écouter les variations de leurs métabolismes. Et ensuite d’écouter et observer les variations de C02, d’humidité, de température, des couleurs de la lumière, en déplaçant les capteurs à l’extérieur de la salle.

Beaucoup d’informations et de notions abordées en un temps très court.. Mais l’essentiel parait compris : Les capteurs produisent des données que nous interprétons ensuite en direct, de manière visuelle et/ou sonore. Il n’en faut pas plus pour introduire la mission de la fin de semaine ; que les élèves produisent eux-mêmes des enregistrements sonores qui serviront à sonifier les différents paramètres mesurés. Quel son peut faire une plante ? Que peut-on lui faire dire ? Comment faire entendre le taux de C02, l’humidité de l’air, la température ? On se revoit jeudi pour trouver des réponses !

Mercredi 6 janvier 2021 – Pas d’école aujourd’hui, la journée est consacrée à la préparation de l’atelier de Jean-Christophe le lendemain, et pour Barth à un point avec Manu sur la construction des boîtes.

Jeudi 7 janvier 2021 – Jean-Christophe prend la main. Les trois groupes d’élèves se succèdent dans notre atelier, transformé pour l’occasion en studio de prise de son, avec pour mission de produire différents enregistrements pour sonifier les paramètres des capteurs. Les accessoires ne manquent pas dans la salle de motricité, et les enfants sont vites à l’aise avec le protocole d’enregistrement. Un volontaire manipule seul devant le micro, les autres sont à la régie, “Silence ! Ça tourne !”.

Fanch et Barth font un saut à Ligne 21 pour avancer sur les boîtes et bricoler un peu sans perturber les prises de sons. Et c’est déjà la fin de journée, avec un petit bilan en classe entière qui reflète l’enthousiasme collectif des enfants ! La soirée, et une partie de la nuit pour Fanch, sont consacrées à l’édition et au formatage des pistes audio pour les intégrer au prototype…

Vendredi 8 janvier 2021 – Les élèves se rassemblent dans notre atelier pour une démonstration du dispositif avec les sons enregistrés par eux la veille. Chaque paramètre est écouté attentivement, et le verdict est sans appel : il faut retoucher et compléter certaines choses. Après la pause déjeuner, un des groupes revient donc avec Jean-Christophe pour refaire quelques enregistrements. La fin de l’après-midi ne laisse pas assez de temps pour atteindre notre objectif, le prototype que nous allons laisser en classe n’assurera pas de sonification, mais il va nous permettre de valider l’enregistrement des données sur deux semaines.

C’est déjà l’heure du bilan de la semaine en classe entière, le temps d’écouter rapidement les derniers enregistrements. Nous découvrons alors avec beaucoup d’émotion les cadeaux et messages que les enfants nous ont préparés, et surtout, le temps d’un verre de grenadine, une éclipse de bouches et de nez qui avaient oublié d’exister depuis le début de la semaine ! Incroyable découverte !!!

Rendez-vous dans quinze jours à Ligne 21 pour la suite de l’aventure et les finitions du prototype final !

 

Ateliers danse avec Véronique

Cette première rencontre avec les classes s’est très bien passée 🙂 !

Voici un petit récapitulatif de ce que nous avons fait :

Petit échauffement corporel : on a commencé par des auto-massages (frotter, tapoter différentes parties du corps) enchaîné par un réveil articulaire (plier, déplier, faire tourner les articulations) 🙂

Puis la classe marchait librement sur toute la surface délimitée par les tapis (contrainte : éviter de se bousculer ou de se parler, occuper toute la surface des tapis), s’arrêtait quand le tambour s’arrêtait. Au son de la lame, on “fondait” lentement vers le sol, puis on remontait lentement debout.
Les élèves ont expérimenté plein de façons différentes de s’appuyer au sol (parties du corps en contact avec le sol différentes = formes différentes).

Les élèves ont exploré le mouvement du vent sucré de la terre (plus doux) et le mouvement puissant du vent salé de la mer. Chaque élève a défini deux mouvements différents. Ces deux mouvements alternaient, entrecoupés d’une marche de 4 pas. Puis chaque élève a exploré et trouvé la traduction gestuelle de : “Moi, pour vous, je vais danser une danse très ancienne, la danse de la Terre et de la Mer.”

Les élèves ont également exploré des signaux, les signaux que pouvaient envoyer, il y a très longtemps, “les enfants guetteurs”. Chacun.e doit trouver et mémoriser 4 signaux différents, il/elle pourra les dessiner pour les mémoriser et pourra préciser le sens de chaque signal.

Nous avons aussi écouté “Begarraz”, la musique composée par Régis Huiban, qui sera interprétée par tout un groupe d’accordéonistes lors de la fête. Nous avons dansé ensemble sur le début de la musique, commencé à enchaîner les différents éléments.

La suite lors des ateliers suivants…

Véronique

Photos prises lors des séances à Plogoff.

 

Lettre à la mer

Après notre semaine à Plogoff, Karin a demandé aux deux classes d’écrire à un élément de leur paysage…

Chère Mer,

La couleur de tes eaux est changeante : parfois bleue, parfois turquoise, parfois verte, parfois grise dans la tempête, parfois blanche avec la mousse de ton écume qui fait des moutons sur la plage.

En été, tu es là pour nous rafraîchir quand nous allons nous baigner.

Nous aimons que tu sois mouvementée pour nous éclabousser.

Les sons que tu produis sont fluides et mélodieux.

Tu peux être agitée, tempêtueuse, phénoménale et bruyante et tu es très puissante avec tes vagues. Mais tu peux aussi être calme et douce.

Nous aimons voir le coucher du soleil qui se reflète sur tes flots.

Nous aimons pêcher dans tes eaux et tes profondeurs pour rapporter du bon poisson.

Pour nous tu es grande, mais à côté de l’océan, tu n’es rien.

Tu nous accompagnes tous les jours mais vivement cet été qu’on puisse plonger en toi.

Bisous mouillés

Les CP/CE1/CE2 de l’école du Bout du Monde.