Les cahiers de Karin

Karin Serres, l’autrice de l’Écume des Vents nous a livré ce week-end toute une cargaison de mots, de phrases, d’images et de sons entre les lignes. Elle nous a enchanté avec son imagination et la profusion d’idées que nous allons pouvoir faire vivre avec les enfants. Pour vous ravir, voici des photos de ses fameux carnets qu’elle remplit depuis des mois.

Fanch et Barth nous racontent leur résidence #2

Franch et Barth du collectif Ex Situ préparent une exposition itinérante qui fera escale chez tous les groupes dès le mois de mars, voici leurs temps de résidences avec la classe de CE2/CM1/CM2 de l’école Jean-Marie Autret à Plogonnec, puis à Ligne 21 raconté avec leurs mots :

Une semaine à Ligne 21, Plogonnec

Dimanche soir 24 janvier 2021 – Deux semaines ont passé depuis notre résidence à l’école Jean Marie Autret de Saint Albin et comme prévu nous sommes de retour, enfin ! Corinne et Emmanuel (Manu) nous accueillent à “Ligne 21” en sortant la billig, de quoi prendre des forces pour les jours à venir.

Lundi 25 janvier 2021 – C’est donc reparti pour 5 jours de travail durant lesquels nous focalisons notre énergie sur la finalisation du prototype de notre machine à écouter l’invisible. Mais ce n’est pas tout, nous comptons bien profiter de l’atelier et des conseils avisés de Manu pour construire une quinzaine de boites en bois qui seront destinées à recevoir l’électronique et l’informatique de nos petits dispositifs sonores. Manu revient en milieu de matinée chargé d’une multitude de petites pièces de bois découpées au laser. Ce sont nos futurs coffrets !

C’est en fin de matinée que nous retrouvons avec grand plaisir Sarah et ses élèves le temps de leur présenter nos avancés et projets de la semaine. Nous en profitons pour télécharger les données du prototype resté à l’école ces 15 derniers jours, ce qui nous permettra, après analyse, de mieux comprendre le comportement des capteurs, et du dispositif en général. Nous observons avec les enfants que les électrodes ont blessés la plante, une remarque importante qu’il va falloir prendre en compte.

De retour à Ligne 21, la première étape pour Barth et Manu consiste à poncer et teinter à l’encre de Chine les faces intérieures des futurs coffrets. L’opération n’est pas particulièrement délicate, mais elle prend du temps. Pendant ce temps, Fanch se concentre devant son écran d’ordinateur dans le but de brancher les différents éléments du nouveau prototype. L’après-midi passe très vite, mais les objectifs de la journée sont atteints : les pièces de bois sèchent à la chaleur du poêle de l’atelier et les différents capteurs envoient au serveur (cerveau informatique de notre œuvre) tout un tas de données qui seront ensuite interprétées de manière sonore.

Mardi 26 janvier 2021 – Manu et Barth s’en vont d’un pas motivé à l’atelier bois de la résidence d’artiste. L’encre de Chine a séché durant la nuit, la surface des petites pièces de bois révèle une couleur sombre, profonde et bien homogène, impeccable ! Il faut maintenant insérer les aimants (fermoirs) dans les interstices prévus à cet effet, et dans le bon sens s’il vous plaît, car en cas d’inversion des pôles les boites ne fermeront jamais. Les deux équipiers enchaînent sur le collage et l’ajustage des coffrets, une étape laborieuse, mais très satisfaisante puisqu’en quelques heures nous passons de la deuxième à la troisième dimension ! Fanch semble être dans sa propre dimension, il corrige le code des capteurs en fonction des données récupérées la veille à l’école. Il se joint aux ébénistes pour faire chauffer son fer à souder et assembler les différents capteurs du dispositif.

Mercredi 27 janvier 2021 – Intendante et cuisinière de talent, Corinne s’active en cuisine, et la maison embaume peu à peu d’une délicieuse odeur. Fanch en profite pleinement, il démêle ses câbles sur la table du salon et exécute d’innombrables allers-retours entre son ordinateur, la box internet et les ordinateurs miniatures du prototype. Une tache parsemée d’obstacles consistant à créer un réseau sans fil entre les différents modules de l’installation artistique et de s’assurer que tous se connectent automatiquement lors de l’allumage des modules. Barth et Manu sont toujours à l’atelier, pinceaux à la main, pour passer une, puis deux couches d’encre de Chine à l’extérieur des boites. 19H00 déjà ! Le réseau est en place, et Fanch rejoint ses acolytes à l’atelier pour passer une couche d’huile dure sur l’ensemble des boites, pour les protéger des taches d’humidité. 21H00, enfin sonne l’heure du dîner, et comme toujours c’est une surprise pleine de saveurs et de couleurs que nous partageons ensemble autour de la table en chêne.

Jeudi 28 janvier 2021 – Nos amis de C.A.C.T.U.S. nous rendent visite ce matin pour parler de l’exposition itinérante de nos œuvres dans la quinzaine d’établissements scolaires et associatifs prenant part à “l’Écume des vents” , ce sur une période d’environ deux mois. Cela suppose une certaine organisation qui est rendue possible grâce à l’énergie des bénévoles de l’association. Nolwenn et Cécile de TTT animent la réunion. Ça cause planning, logistique,organisation et médiation, des mots qui sonnent vraiment sérieux, mais qui avec tout ce beau monde, s’enveloppent de rires et de bonne humeur !

Retour au bricolage l’après-midi. Dans l’atelier ça sent la cire d’abeille, que Barth et Manu badigeonnent sur les boîtes pour leur offrir un aspect satiné. Fanch tente de régler un problème d’électronique, une histoire qui n’aboutira malheureusement pas ce soir. 19H30, nos amis de la compagnie “Entre Chien et Loup” débarquent ! Jean Christophe, Steve, Camille et Karine se joignent à nous pour cette fin de semaine. Les retrouvailles se prolongent autour d’une magnifique table préparée par Corinne qui chaque jour s’affaire à rendre notre séjour délicieusement gourmand.

Vendredi 29 janvier 2021 – Quoi ? Déjà la fin de semaine ! Il est donc temps de rendre une dernière visite à l’école de Saint Albin, avec Jean-Louis et Manu qui nous accompagnent pour présenter nos dernières avancées aux enfants. Le prototype n’est pas entièrement terminé, s’il a bien avancé, il reste encore à aménager l’électronique dans les coffrets. C’est une petite déception pour tout le monde, mais cela n’entache pas la bonne humeur des élèves. Merci encore pour votre accueil, nous repasserons vous voir ! L’après-midi la fatigue commence à se faire sentir, nous nous affairons à ranger l’atelier. À 16H30, quelques membres de TTT et de C.A.C.T.U.S. se retrouvent à Ligne 21 pour découvrir notre travail. Nous leur présentons une œuvre non aboutie, mais les éléments principaux de notre installation sont en état de marche, nous écoutons ensemble la lumière, le CO2, les particules organiques volatiles et les micros- variations électriques d’un jeune yucca.

S’il nous reste encore quelques défis à relever, cette résidence fut productive. Nous avons bien avancé et mettons un point d’honneur à terminer tout cela d’ici la fin du mois prochain. 🙂

 

Tout commence en Finistère !

Un article sur notre projet sur le site Tout commence en Finistère.

Cliquez pour le lire en entier !

Le voyage de la plante nomade

Cette semaine, les deux artistes Fanch & Barth étaient de retour à Ligne 21 pour une résidence placer sous le signe de la construction. Le début du voyage de la plante nomade à travers tout le Finistère arrivent à grand pas, il était donc l’heure pour nos deux artistes-chercheurs de construire les valises de transport de la plante.

Avec l’aide d’Emmanuel, ils ont construit des boîtes en bois qui contiendront les capteurs de la plante. Chaque plante aura à ses côtés trois boites : une avec les capteurs d’atmosphère, une avec le son et une boîte appelé “le cerveau” qui servira à récolter toutes les informations fournies par la plante.

Les trois plantes nomades commenceront leur tournée dans les écoles à partir du 08 mars 2021. Chaque groupe aura la chance d’expérimenter les réactions d’une plante durant une dizaine de jours.

Munie de capteurs, la plante va réagir aux différents changements atmosphériques. Ces données seront ensuite analyser par Fanch & Barth puis mise en lumière lors d’une exposition le grand jour-dit, à la Pointe du Raz. Lors d’une résidence à l’école de Plogonnec début janvier, les deux artistes du collectif ont été rejoint par Jean-Christophe Désert. Avec les enfants, ce dernier à enregistrer des sons illustrant les ressentis de la plante.

Seulement, si les artistes d’ExSitu savent faire parler la plante, elle ne peut pas encore se déplacer toute seule ! C’est pourquoi nous avons fait appel à l’association CACTUS de Quimper. Composée de bénévoles passionnés d’art contemporain, l’association va se charger de faire voyager la plante nomade à travers tout le Finistère.

Ce jeudi 28 janvier avait lieu une réunion entre CACTUS, Très Tôt Théâtre et le collectif ExSitu afin de préparer et d’organiser le transport de la plante nomade.

APPEL AUX ACCORDÉONISTES !

Accordéonistes, Sonneurs de Vents, nous avons besoin de VOUS ! Dans le cadre du projet l’Écume des Vents, nous sommes à la recherche d’accordéonistes pour accompagner musicalement les enfants lors de la grande fête de juin, prévue à la Pointe du Raz.
Que vous soyez amateurs ou professionnels, que vous jouiez de l’accordéon diatonique ou chromatique : vous êtes les bienvenus pour venir participer à cette belle aventure guidée par la Cie Entre chien et loup, Régis Huiban, et Jean-Christophe Désert.
Vous trouverez les partitions, les enregistrements et toutes les infos sur le site de Très Tôt Théâtre : https://www.tres-tot-theatre.com/accordeonistes-les…/. La mélodie composée par Régis Huiban comporte 6 voix, choisissez votre préférée pour la répéter.
Soyez rassurés, vous n’êtes pas seuls ! Au cours de l’année, vous serez conviés à 4 dimanches de répétitions avec d’autres accordéonistes pour jouer ensemble et vous entraîner pour le grand jour !
Pour vous inscrire, vous pouvez remplir le formulaire d’inscription sur le site de Très Tôt Théâtre : https://docs.google.com/…/1FAIpQLSdaHO…/viewform, ou alors nous appeler : Nolwen Treussier au 06 99 60 61 39 ou Cécile Le Bras au 02 98 64 20 35.

Dihun Haut Pays Bigouden, Ecole de Musique du Cap Sizun, Ecole municipale de musique et danse de Douarnenez, MJC Kerfeunteun – Quimper

Poissons prêts !

Et voilà les 400 poissons sont prêts à peindre ! Dernière étape aujourd’hui au foyer de Très Tôt Théâtre à Quimper avec le remplissage du kraft dans chaque poisson pour que la peinture ne traverse pas lorsque les enfants vont dessiner dessus.
Nous voilà donc archi prêts pour la première semaine de février et les ateliers poissons volants !

Koïnoboris en devenir

Ça turbine fort du côté de la Bourgogne… Sara coupe et coud les 400 futurs poissons volants, Marie-Madeleine découpe des formes en kraft à mettre dans les poissons pour éviter que la peinture des feutres que les enfants vont utiliser ne traverse et Camille trie et remplit un total de 450 feutres de tailles différentes. 50 couleurs à disposition des enfants, de quoi faire un beau camaïeu de couleurs dans le ciel le 6 juin.

Premiers ateliers poissons tout début février, YOUPI

Tempête sous crâne sur le net

Réunion en visio avec Jean-Christophe, Stève et Camille pour peaufiner les ateliers qui seront menés avec chaque groupe. 3 h de grosse cogitation… des enfants nuages, des coquilles de noix qui chantent, un mobile des fonds marins et un nouvel alphabet hiéroglyphique ! On va bien s’amuser… les enfants aussi j’espère 🙂

Fanch et Barth nous racontent leur résidence #1

Franch et Barth du collectif Ex Situ préparent une exposition itinérante qui fera escale chez tous les groupes dès le mois de mars, voici leurs temps de résidences avec la classe de CE2/CM1/CM2 de l’école Jean-Marie Autret à Plogonnec, puis à Ligne 21 raconté avec leurs mots :

Lundi 4 janvier 2021 – C’est la rentrée à l’école Jean-Marie Autret de Saint Albin et les CE2/CM1/CM2 de Sarah Cosquer viennent de retrouver leur classe. Nous toquons à la porte, accompagnés par Jean-Louis de TTT, pour une première rencontre qui lance officiellement cette semaine de résidence. Les enfants savent déjà qui nous sommes (“Facile, Fanch et Barth c’est ceux qui ont un bonnet !”), et nous essayons d’imaginer les frimousses qui se cachent derrières les carrés de tissus.

Pour commencer, nous relisons ensemble les courriers échangés avant Noël pour repréciser les raisons de notre présence à Saint Albin. L’histoire est simple : depuis que nous avons appris que Ciconia Ciconia s’est égarée à l’école, nous pensons qu’un vent sucré souffle dans les parages. Nous allons donc construire avec l’aide des enfants, une machine permettant de mesurer ce phénomène, dans la suite de nos recherches artistiques sur les plantes, l’atmosphère et les éléments… Mais c’est déjà l’heure de la récréation, et pour nous d’aller installer notre atelier dans la salle de motricité. Quelques tables et chaises, une rallonge, une connexion internet, c’est tout ce qu’il nous faut pour déployer les différents prototypes que nous avons dans nos valises.

A la fin de la récréation de l’après-midi les enfants viennent jeter un œil curieux à notre installation, avant de nous retrouver en classe pour présenter, vidéos à l’appui, notre parcours d’artistes-chercheurs-voyageurs et tout particulièrement les expériences déjà réalisées avec des plantes. Les yeux s’écarquillent au-dessus des masques, les questions fusent ! Mais la journée se termine déjà…

Mardi 5 janvier 2021 – Répartis en trois groupes de huit, les enfants passent dans notre atelier pour une séance d’expérimentation avec les capteurs que nous utilisons. Le programme est chargé ! Il s’agit tout d’abord de tester les différentes plantes qu’ils nous ont apportées, en fixant deux électrodes sur leurs feuilles pour écouter les variations de leurs métabolismes. Et ensuite d’écouter et observer les variations de C02, d’humidité, de température, des couleurs de la lumière, en déplaçant les capteurs à l’extérieur de la salle.

Beaucoup d’informations et de notions abordées en un temps très court.. Mais l’essentiel parait compris : Les capteurs produisent des données que nous interprétons ensuite en direct, de manière visuelle et/ou sonore. Il n’en faut pas plus pour introduire la mission de la fin de semaine ; que les élèves produisent eux-mêmes des enregistrements sonores qui serviront à sonifier les différents paramètres mesurés. Quel son peut faire une plante ? Que peut-on lui faire dire ? Comment faire entendre le taux de C02, l’humidité de l’air, la température ? On se revoit jeudi pour trouver des réponses !

Mercredi 6 janvier 2021 – Pas d’école aujourd’hui, la journée est consacrée à la préparation de l’atelier de Jean-Christophe le lendemain, et pour Barth à un point avec Manu sur la construction des boîtes.

Jeudi 7 janvier 2021 – Jean-Christophe prend la main. Les trois groupes d’élèves se succèdent dans notre atelier, transformé pour l’occasion en studio de prise de son, avec pour mission de produire différents enregistrements pour sonifier les paramètres des capteurs. Les accessoires ne manquent pas dans la salle de motricité, et les enfants sont vites à l’aise avec le protocole d’enregistrement. Un volontaire manipule seul devant le micro, les autres sont à la régie, “Silence ! Ça tourne !”.

Fanch et Barth font un saut à Ligne 21 pour avancer sur les boîtes et bricoler un peu sans perturber les prises de sons. Et c’est déjà la fin de journée, avec un petit bilan en classe entière qui reflète l’enthousiasme collectif des enfants ! La soirée, et une partie de la nuit pour Fanch, sont consacrées à l’édition et au formatage des pistes audio pour les intégrer au prototype…

Vendredi 8 janvier 2021 – Les élèves se rassemblent dans notre atelier pour une démonstration du dispositif avec les sons enregistrés par eux la veille. Chaque paramètre est écouté attentivement, et le verdict est sans appel : il faut retoucher et compléter certaines choses. Après la pause déjeuner, un des groupes revient donc avec Jean-Christophe pour refaire quelques enregistrements. La fin de l’après-midi ne laisse pas assez de temps pour atteindre notre objectif, le prototype que nous allons laisser en classe n’assurera pas de sonification, mais il va nous permettre de valider l’enregistrement des données sur deux semaines.

C’est déjà l’heure du bilan de la semaine en classe entière, le temps d’écouter rapidement les derniers enregistrements. Nous découvrons alors avec beaucoup d’émotion les cadeaux et messages que les enfants nous ont préparés, et surtout, le temps d’un verre de grenadine, une éclipse de bouches et de nez qui avaient oublié d’exister depuis le début de la semaine ! Incroyable découverte !!!

Rendez-vous dans quinze jours à Ligne 21 pour la suite de l’aventure et les finitions du prototype final !

 

Ateliers danse avec Véronique

Cette première rencontre avec les classes s’est très bien passée 🙂 !

Voici un petit récapitulatif de ce que nous avons fait :

Petit échauffement corporel : on a commencé par des auto-massages (frotter, tapoter différentes parties du corps) enchaîné par un réveil articulaire (plier, déplier, faire tourner les articulations) 🙂

Puis la classe marchait librement sur toute la surface délimitée par les tapis (contrainte : éviter de se bousculer ou de se parler, occuper toute la surface des tapis), s’arrêtait quand le tambour s’arrêtait. Au son de la lame, on “fondait” lentement vers le sol, puis on remontait lentement debout.
Les élèves ont expérimenté plein de façons différentes de s’appuyer au sol (parties du corps en contact avec le sol différentes = formes différentes).

Les élèves ont exploré le mouvement du vent sucré de la terre (plus doux) et le mouvement puissant du vent salé de la mer. Chaque élève a défini deux mouvements différents. Ces deux mouvements alternaient, entrecoupés d’une marche de 4 pas. Puis chaque élève a exploré et trouvé la traduction gestuelle de : “Moi, pour vous, je vais danser une danse très ancienne, la danse de la Terre et de la Mer.”

Les élèves ont également exploré des signaux, les signaux que pouvaient envoyer, il y a très longtemps, “les enfants guetteurs”. Chacun.e doit trouver et mémoriser 4 signaux différents, il/elle pourra les dessiner pour les mémoriser et pourra préciser le sens de chaque signal.

Nous avons aussi écouté “Begarraz”, la musique composée par Régis Huiban, qui sera interprétée par tout un groupe d’accordéonistes lors de la fête. Nous avons dansé ensemble sur le début de la musique, commencé à enchaîner les différents éléments.

La suite lors des ateliers suivants…

Véronique

Photos prises lors des séances à Plogoff.